Le chat

19122010

Un fish-eye, tel que le Samyang 8mm que je possède, permet de changer radicalement le point de vue et la composition de la scène. Ici, pas d’image en « boule », mais simplement une mise en place qui donne une certaine profondeur.
Un petit traitement noir&blanc (comme je les aime) apporte une note intemporelle.

(Nouveau traitement tenant compte de vos remarques)

mg1689mod.jpg
Cliquer sur la photo pour l’agrandir – non libre de droits

 





Paludier en noir et blanc

6092010

Un peu banale, certes, cette photo d’un paludier des marais-salants de Noirmoutier mais le geste et la lumière étaient là.

mg2176.jpg
Cliquer sur la photo pour l’agrandir – Non libre de droits.

Tous les noir&blanc sont dans l’Album « Noir et Blanc » dans la colonne de droite.




Lightroom 3 : prise de vue en mode connecté

8062010

Avec sa nouvelle version 3, Lightroom apporte la possibilitéLr 3
de faire des prises de vue en mode connecté
(aussi connu sous le nom « tethered shooting » en anglais).

Ce mode consiste à relier un appareil photo par un câble USB
à un ordinateur sur lequel est installé Lightroom 3.
Il est alors possible de déclencher la prise de vue depuis l’interface de Lightroom et d’importer la photo directement dans Lightroom. Peut être très utile pour la prise de vue en studio dans la mesure où le traitement peut se faire quasi-instantanément et automatiquement.
Lightroom 3 : prise de vue en mode connecté dans LightRoom dsc-0268
Photo extraite du blog de Terry White

La liste des appareils photos compatibles est disponible ici [en] :
http://kb2.adobe.com/cps/842/cpsid_84221.html

 




Se réconcilier avec son flash – par Jean-Philippe Gallat [1]

20052010

Qui n’a jamais été irrité par son flash ? vintcamclock.jpg

Alors que les fabricants arguent de multiples automatismes, nombreuses photos prises au flash présentent soit un fond sous-exposé, soit des avant-plans complètement brulés (le fameux fromage blanc). On a beau changer la vitesse (dans les limites de la synchronisation), ouvrir ou fermer le diaphragme, les résultats ne sont pas plus probants.

Les modes d’emploi de l’appareil et du flash, Canon en particulier, ne seront d’aucun secours.
La solution : ne pas faire confiance aux multiples automatismes qui semblent se contrarier.

Le nec plus ultra du flash, c’est l’utilisation d’un flash-mètre, appareil réglé en manuel.
Encore investir, me direz-vous ? Non, utilisez le mode TTL du flash et celui-ci adaptera sa puissance à la réflectivité du sujet.

En trois temps, il est possible d’améliorer ses images prises au flash :

Lire la suite… »




Plus blanc que blanc… Exposer correctement les photos de neige

23012010

Avec l’avènement du numérique (et donc de l’électronique),flocon.jpg
de nombreux paramètres de prise de vue peuvent
être automatiquement gérés par le calculateur intégré au boîtier.

En particulier, nos appareils peuvent calculer l’exposition parfaite (autrement dit, le couple vitesse/diaphragme) pour une scène donnée, et ce, grâce à la mesure et à l’analyse de la quantité de lumière qui vient frapper un capteur spécifique, via l’objectif.

Oui mais voilà…
Si dans la grande majorité des cas le calcul effectué par le boîtier s’avère pertinent, il est des cas dans lesquels il perd un peu les pédales !Et ces cas ne sont pas aussi rares qu’il peut paraitre.

Les paysages de neige font partie de ceux-ci, au même titre que les paysages de bord de mer en plein été, bien que ce soit moins critique pour ces derniers.

Que se passe-t-il ?
Un paysage de neige, sous le soleil ou non, est par nature fortement lumineux, du fait du fort pouvoir réfléchissant de la neige.Or, cette forte luminosité va avoir tendance à « tromper » la mesure de luminosité effectuée par le boîtier et le résultat sera d’avoir une neige à la teinte grisâtre d’autant plus désagréable que tout le monde sait qu’elle est blanche !

Dans ces cas, il faudra impérativement donner un « coup de pouce » au boîtier pour lui indiquer manuellement que l’on veut surexposer (il s’agit bien de surexposer – ce n’est pas une erreur de frappe – neige grisâtre… capteur leurré… ça y est ? vous y êtes ?).

Pour cela, il faut sortir du mode « tout automatique » (généralement symbolisé par un carré vert) et passer en mode « P » (pour Programme) par exemple, ou dans un autre mode (Tv, Av, M) si besoin est.
Ensuite, il faudra décaler l’exposition, dans le sens de la
surexposition, d’une valeur de 1 à 1,5 IL.

Concrètement, cela revient à déplacer manuellement l’index d’exposition, pour obtenir la situation suivante où le repère d’exposition est mis en face de la valeur 1 et n’est plus centrée (cas d’un appareil réflex Canon – référez-vous au manuel de votre appareil pour connaitre la démarche permettant ce réglage).

5dtoplcdcopie.jpg

C’est au prix de cette petite manipulation que vous obtiendrez des paysages de neige avec de la neige bien blanche, que vous preniez en RAW ou en jpeg.




Ateliers photo

19062009

Un point intermédiaire sur l’état des inscriptions à nos ateliers photo pour la saison 2009-2010.

Places disponibles restantes :

  • Prise de vue niveau 1 (animé par FX Belloir) : reste 1 place sur 12
  • Prise de vue niveau 2 (animé par Jean-Louis F.) : il ne reste plus de place sur 12
  • Retouche numérique (animé par Arnaud D.) : reste 4 places sur 10

A noter que durant cette saison 2009-2010 nous proposerons des stages (une journée ou une demi-journée) sur les sujets suivants :

  • Nu académique
  • Prise en main de Adobe Lightroom

Pour les retardataires, dépêchez-vous de nous contacter car les ateliers sont presque remplis rien qu’avec les pré-inscriptions.

Comme nous vous l’avons indiqué précédemment, le risque est grand de ne plus avoir de place lors des inscriptions en septembre.

Pour rappel, l’inscription à ces ateliers photo vous ouvriront également l’accès :

  • Au studio de prise de vue  (2 flashes de 400 Joules, 1 flash de 600 Joules, 5 lampes de 1000w, 3 fonds retractables sur rouleaux (blanc, noir et gris) et boites à lumières + bol beauté + girafes)
  • Au laboratoire de tirage argentique et numérique (imprimante Epson R1800 33x48cm)
  • A la sonde d’étalonnage Spyder II
  • Aux sorties thématiques collectives



Les années se suivent, mais… ne se ressemblent pas !

26052009

Photographes lyonnais, ceci s’adresse à vous ! p13cyberbase36.jpg

Ce n’est plus 2 mais bien 3 séances (affluence oblige !) qui vous seront proposées pour l’année 2009-2010 dans le cadre du collectif image Blanc’c'noir.

 

Lancé en 2007, l’Atelier de Retouche Numérique avait fait le plein (c’est peu dire !) pour la saison 2008-2009, en parallèle avec l’atelier « Prise de vue ».

Pour la saison 2009-2010 qui s’annonce, nous avons décidé d’accroitre nos capacités d’accueil selon la structure suivante :

  • Atelier Prise de Vue N1, animé par mes soins, FX Belloir
  • Atelier Prise de Vue N2, animé par Jean-louis F.
  • Atelier de Retouche Numérique qui sera animé par Arnaud D.

Il est possible d’anticiper les inscriptions pour 2009-2010 en vous rendant à la MJC Louis Aragon de Bron
du 2 juin au 26 juin, les lundi, mardi, jeudi et vendredi de 14h à 19h et mercredi de 9h30 à 12h et 14h à 19h
ou en me contactant.
Sinon, il est toujours possible d’attendre la date habituelle du 5 septembre 2009 pour s’inscrire, mais compte-tenu des demandes actuelles, le risque est grand que plus aucune place ne soit disponible à cette date.

Pour vous pré-inscrire ou pour obtenir des renseignements, n’hésitez pas à me contacter.

 




Découvrez ‘NLIgHT

3042009

logonlight.gifSi vous êtes un fervent adepte de la photographie de studio, ‘NLIgHT est fait pour vous.

‘NLIgHT est un site en français qui s’articule autour d’ateliers pratiques, d’un forum, d’une galerie, de stages et de didacticiels ou guides à télécharger (inscription préalable requise), le tout autour de la photo en studio (mode, nu et cinéma). Découvrir ‘NLIgHT : http://www.nlight.fr/index.php




« Au Présent du Subjectif »

22012009

« Au présent du Subjectif ». C’est le nom du joli blog photographique de Anne-Laure Jacquart.

Plein à craquer de photos craquantes mais aussi de conseils techniques avisés, le blog de Anne-Laure Jacquart est un plaisir pour presque tous les sens.
La photographie est placée dans un contexte plus large puisqu’elle partage également ses lectures et ses humeurs.

L’article qui a particulièrement retenu mon attention est celui dédié au format carré : un bijou dans un écrin carré !

 




L’œil du photographe et l’art de la composition – Michael Freeman

13122008

loeilmf.jpgL’auteur de ce livre, Michael Freeman, est un photographe de renommée mondiale.

Dans son ouvrage, il pose, analyse et explique de manière extrêmement structurée et organisée les principes de base qui président à la composition d’une photographie. Chaque photo qui compose le livre est analysée et accompagnée de schémas de principe visant à faire ressortir la géométrie cachée des éléments de l’image. Mais pas seulement : au delà de la géométrie, c’est aussi l’utilisation appropriée des couleurs, ou par opposition, du noir & blanc, qui est expliquée.

Ce livre va loin, très loin, dans son domaine et c’est ce qui en fait sa grande richesse.Un « must » que tout photographe averti doit posséder.

« l’œil du photographe et l’art de la composition  » Michael Freeman – Pearson Éditions 2007 – 192 pages – ISBN 978-2-74409195-7







sakura974 |
mariagepriscillaetolivier |
sierra1 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | venissime
| Ma passions : la photgraphie
| elendian & auscar