Essais sur la matière

6062008

Développées avec LightZone, une petite série ayant trait au rendu de la matière et des textures.

mg0308lzn.jpg
©FX Belloir (cliquer sur la photo pour l’agrandir)

mg0306lzn.jpg
©FX Belloir (cliquer sur la photo pour l’agrandir)

mg0259lzn.jpg
©FX Belloir (cliquer sur la photo pour l’agrandir)




La « numéralchimie » du Noir&Blanc

30042008

images.jpgEn photographie numérique, tout commence en couleur.

Et pourtant, la magie, la sensualité, le pouvoir d’évocation, l’intemporalité du Noir&Blanc confèrent toujours à ce dernier une attirance particulière autant du côté du photographe que du spectateur. Au fil du temps, le Noir&Blanc s’est forgé son propre langage et sa propre culture, d’abord par nécessité (les techniques de reproduction en couleur sont apparues un peu plus tard) , puis par goût et donc par choix volontaire.

Contrairement au film argentique, qui lui peut se décliner en deux variantes – l’une monochrome et l’autre colorée, la réalisation d’une image numérique passe, dans l’immense majorité des cas, par l’obtention d’un fichier contenant systématiquement des informations de couleurs.
Partant de ce constat, la question est donc de savoir comment obtenir une image en Noir&Blanc à partir des données colorées fournies par le capteur numérique.

Le fait de vouloir (certains diront de « s’acharner à ») reproduire le rendu du Noir&Blanc du film argentique à partir du numérique peut paraitre réducteur. Le numérique offrant par principe plus de souplesse que son prédécesseur, pourquoi ne pas explorer d’autres voies plutôt que d’essayer de reproduire le passé ?.
Probablement parce que le Noir&Blanc procure toujours une émotion particulière. Il mérite donc que l’on s’intéresse à cette « numéralchimie » qui permettra de s’approcher au plus près du résultat attendu.

Si l’on devait résumer en quelques mots les objectifs à atteindre lors d’une conversion en Noir&Blanc, la liste pourrait être la suivante :

  • Passage en monochrome (optionnel, en simulant le rendu d’un film argentique donné – Kodak T-Max 100 ou bien FujiFilm Neopan 1600, par exemple), le tout en reproduisant des Noirs denses et des Blancs lumineux, encadrant une large de gamme de niveaux intermédiaires.
  • Reproduction du grain de l’argentique
  • Rendu du tirage sur les papiers spécifiques Noir&Blanc

En photographie numérique, il existe actuellement de nombreuses manières d’obtenir une photographie en Noir&Blanc :

Lire la suite… »




Ite missa est…

29062007

23844103.jpg




Photo – Chaleur du printemps

28062007

23844072.jpg




Photos – Portraits

17032007

23843981.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pourquoi dit-on d’un portrait qu’il est parfois « volé » ? Est-ce vraiment voler que de figer sur le capteur ce que je peux voir avec mes yeux ?
Volé à qui, d’ailleurs ?

 

23843960.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ces deux portraits en N&B montrent toute la richesse des visages, avec leur histoire, inscrite à jamais au plus profond de la plus petite ride…




Noir & Blanc – Tirage papier

28022007

L’un des plaisirs du beau N&B est le support papier du tirage, comme le baryté, par exemple.

Or, le meilleur laboratoire de tirage en ligne (Photoweb, pour ne pas le citer) ne propose que du papier couleur pour les tirages N&B.

Alors, est-il possible de tirer un N&B numérique sur papier baryté ?

Lire la suite… »




Noir & Blanc – Investigation sur le grain

24022007

Je suis fasciné par le grain du film argentique N&B.

En numérique, on confond trop souvent le bruit numérique (qui peut être de chrominance ou de luminance) avec le grain du film argentique. Les deux sont d’origines totalement différentes et se placent à des endroits différents.

l’un des objectifs de mes recherches sur le N&B numérique est justement de reproduire ce grain si particulier.
23843795.jpg

Lire la suite… »




Photo – Une petite série sur la place des Terreaux à Lyon

18012007

23843463.jpg

Droits d’auteur : FX Belloir

Un angle inhabituel pour la célèbre fontaine de la Place des Terreaux.
Tamron 17-50mm f/2.8 et Canon EOS 20D

 

23843494.jpg

Droits d’auteur : FX Belloir

Jeu avec les jets d’eau de la Place des Terreaux de Lyon… Egalement avec le Tamron 17-50mm f/2.8 monté sur le 20D. Ici, l’arrière-plan a été assombri et légèrement flouté afin de faire ressortir le sujet principal.

Photographies non libres de droits




17012007

23843418.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Gymnase à Lyon

Le Canon EF-S 10-22mm se prête particulièrement bien aux photos d’architecture.

Pour donner cet effet, il faut s’approcher très près de la structure (2 à 3m seulement).




Photo – Le réflex numérique…

16012007

23843265.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Et voici la suite…

Une des toutes premières réalisée avec le Canon EOS 300D et l’objectif du kit EF-S 18-55 (revendu depuis). La lumière venait tout simplement de la fenêtre, adoucie par un rideau.







sakura974 |
mariagepriscillaetolivier |
sierra1 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | venissime
| Ma passions : la photgraphie
| elendian & auscar