• Accueil
  • > Humeur
  • > onOne Perfect Layers : les raisons de la colère

onOne Perfect Layers : les raisons de la colère

25 04 2011

Tous les utilisateurs de Adobe Lightroom le savent : Lightroomlesraisinsdelacolereaffichesmall.jpg
n’offre pas la possibilité d’utiliser les fameux calques (layers)
qui font le bonheur des utilisateurs de Photoshop et, depuis peu,
de Photoshop Elements.

Pour combler cette lacune, l’éditeur onOne associé à Scott Kelby (l’auteur, entre autres, des excellents livres sur Lightroom) proposent le plug-in « onOne Perfect Layers« .

Voici l’article de Scott Kelby [en] : http://www.scottkelby.com/blog/2011/archives/18475

Et voici un extrait de ce qui est écrit sur le site de onOne à propos de Perfect Layers (traduction dans un style imparfait mais tentant de refléter au plus près le texte d’origine)  :

Perfect Layers est la (sic) manière rapide et simple de créer des fichiers contenant des calques dans Photoshop Lightroom. Avec Perfect Layers vous pouvez créer et éditer des fichiers Photoshop multi-calques directement dans Photoshop Lightroom ou l’utiliser pour combiner des images provenant d’autres applications. Utilisez-le pour changer les ciels, fusionner plusieurs images et retoucher des portraits à l’aide des modes de fusion intégrés. Nous sommes particulièrement enthousiasmés par Perfect Layers et espérons que vous apprécierez son utilisation en essayant sa version beta publique.

Oui mais voilà…

Jeffrey Friedl [1] et John Beardsworth [2] crient au scandale et au mensonge !

Pourquoi ?

Parce qu’il semble que, selon eux, onOne et Scott Kelby aient un peu franchi la ligne jaune. Si l’on regarde d’un peu plus près ce qu’offre onOne Perfect Layers, on se rend compte rapidement qu’il ne s’agit de rien d’autre que la possibilité d’envoyer plusieurs photographies à un éditeur externe et qu’en retour on obtient un fichier « bitmap » résultat de la fusion de ces photographies. Au final, le flux non-destructif de Lightroom n’est absolument pas préservé et la création de calques dans Lightroom n’est toujours pas possible, contrairement à ce que onOne et ScotKelby laissent sous-entendre.

Sur son blog, Jeffrey Friedl fustige (et le mot est faible) dans un article [en] non seulement onOne, mais surtout Scott Kelby et son enthousiasme quelque peu entaché de mercantilisme.
Du coup, il a décidé de développer un plug-in qui le fait réellement !
De même, John Beardsworth qualifie tout simplement de mensonge les allégations de onOne cautionnées par Scott Kelby !

Au final, que retenir de cette polémique ?

  • Les pratiques de onOne sont à la limite de la publicité mensongère,
  • Scott Kelby ne nous avait pas habitué à ce discours quelque peu mercantiliste,
  • Ca a fait réagir Jeffrey Friedl qui a du coup relevé le défi de développer un plug-in plus proche de la philosophie de Lightroom,
  • Les possesseurs de Photoshop Elements et/ou Photoshop CSx n’ont absolument pas besoin de ce plug-in. Quand on connait les prix habituellement pratiqués par onOne, on peut estimer que le prix de cet éditeur externe se situera entre 150€ et 200€.

Notes
[1] Jeffrey Friedl est l’auteur de nombreux, excellents et indispensables plug-ins pour Lightrom.
[2] John Beardsworth est photographe et consultant en gestion numériques des portefeuilles photographiques


Actions

Informations



Une réponse à “onOne Perfect Layers : les raisons de la colère”

  1. 30 04 2011
    PECourtejoie (14:25:17) :

    Et pire encore, Andrew Rodney, le DigitalDog, qui est membre de NAPP depuis des lustres, qui reçu le titre de membre du Photoshop hall of fame a été banni à cause de ses commentaires dans cette affaire!
    (voir les tweets de @getcolormanaged et @Lightroomqueen , et @katrineimann du 28)

Laisser un commentaire




sakura974 |
mariagepriscillaetolivier |
sierra1 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | venissime
| Ma passions : la photgraphie
| elendian & auscar